Les créateurs  #2 Madeleine Vionnet. 

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une créatrice qui m’était totalement inconnue il y a encore quelques jours  :  Madeleine Vionnet. 

J’ai découvert son nom dans un livre dédié aux grands créateurs et tous faisaient référence à Mme Vionnet. 

Azzedine alaïa dit d’elle  » Madeleine Vionnet, à qui je voue un véritable culte,incarnait déjà la modernité en son temps. Elle a eu des coups de génie : son esprit de la coupe , ses drapés , la souplesse et le tombé de ses robes ont influencé beaucoup de créateurs aujourd’hui.  »

Née le 22 juin 1876, elle fut l’une des plus grandes couturières francaises du XXe siècle surtout durant la période de l’entre deux guerres. 
Sa principale innovation fut l’emploi systématique du tissu dans le sens du biais. L’étoffe ainsi employée présente un meilleur tombé et moule souplement les formes du corps ;  mieux encore, le biais confère à la robe drapée une élasticité qui lui permet d’épouser les gestes, d’exalter la silhouette féminine en mouvement. Cela permis une veritable transformation de la silhouette et de l’esthétique féminin. 

Elle fût aussi pionnière dans l’art du drapé libre en réduisant les coutures et les attaches ( bien avant Madame Grès) . 

Elle avait un lien très fort avec les les artistes décorateurs de l’époque et  à aussi beaucoup travaillé sur les formes géométriques comme le carré et le rectangle ainsi que le cercle. Elle utilise une gamme de couleurs réduites   : le rouge , le jaune et chaque collection comporte des modèles en blanc et en noir. 

Après des débuts difficiles dans la couture à Paris, elle part vivre à Londres et rentre dans la maison de couture Kate Reuilly en tant que lingère et y apprends la technique des grands tailleurs britanniques, notamment ceux de Savile Row. 
En 1900 fascinée par Isadora Duncan et ses formes libres , elle explore l’art du drapé qu’elle maîtrisera si bien qu’un an plus tard elle sera engagée comme 1ere dame dans une des plus célèbres maisons du Paris de l’époque :  celle des soeurs Callot. 


Par la suite c’est chez Jacques Doucet qu’elle supprimera définitivement l’usage du corset ( une révolution ( attribué à Paul Poiret ) dans la mode du debut du 20eme siècle ). Doucet lui confie le soin de rajeunir sa maison,mais en proposant aux mannequins de marcher nu-pieds vêtues de robes souples qu’elles portent à même le corps elle se heurte aux réticences de la maison et decide de voler de ses propres ailes.

C’est en 1912 qu’elle decide d’ouvrir sa propre maison au 222 rue de Rivoli ou tout Paris s’y presse et ou elle  invente notamment le manteau de ville. 
Deux plus tard, la première guerre  mondiale la contraint à fermer sa maison mais elle continue à travailler.

Les modèles de 1917 à 1919 sont d’ailleurs parmi ses plus audacieux .

Lors de sa réouverture en 1918 elle impose sa modernité et fait succès. Elle fait appel à un réel esprit avant gardiste. Soucieuse du bien-être de ses employés, sa maison de couture offre differents services sanitaires et sociaux pour le personnel et leur famille  :  une cantine, un cabinet médical et dentaire et une crèche. Elle accorde des congés payés et maternités  bien avant que les lois n’entrent en rigueur. 
Madeleine Vionnet se différencie par la façon originale dont elle compose ses modèles :  elle a recours à un petit mannequin articulé en bois sur lequel elle drape l’étoffe, ou parfois essaie ses idées directement sur elle-même.

En 1952 , elle fait une donation exceptionnelle a l’Union Francaise des Arts du costume qui rassemble 122 robes , 750 toiles patrons et 75 albums photo. Par cette démarche elle fut la première couturière à avoir conscience de la nécessité de conservation de son patrimoine relevant de l’intérêt collectif. Ce fond est conservé aujourd’hui par les arts décoratifs. 

En 1940 sa maison de couture fera faillite et elle mourra en 1975 . 

En 1988 le nom Vionnet à été racheté par la famille Lummen qui réinstalle la maison au 21 place Vendôme en 1996. 

« Madeleine Vionnet a symbolisé l’apogée de la haute couture  » Jean Paul Gaultier. 

« Tout le monde,qu’il le vieille ou non , est influencé par Vionnet  » Karl Lagerlfeld.

« Ce furent Madeleine Vionnet et Jeanne Lanvin qui transformerent la profession de couturièr en bâtissant de leurs propres mains et de leurs ciseaux les modèles de leurs collections. Elle (MV)  avait le génie de l’emploi du tissu et inventa la coupe en biais qui devait mouler souplement les femmes d’entre les deux guerres. Les robes purent se passer des garnitures de 1900 et des motifs décoratifs de Paul Poiret. Seule la coupe importait :  le reste devenait superflu. Elle peut être considérée comme la créatrice de la mode moderne. 

Je vous souhaite un bon dimanche et espère que vous avez appris un peu plus sur l’art de la haute couture que j’affectionne tant   ! 
Love and Chocolate 

Publicités

Ces Créateurs qui m’inspirent : Madame Grés

Une fois par mois, j’aimerais parler de ces créateurs qui m’inspirent . La couture et le monde de la mode ne serait rien sans eux, ils lancent les tendances et forcement ils façonnent notre manière de voir et de penser la mode.

J’aimerais vous parler de leur parcours et de partager avec vous leurs plus belles oeuvres.  Vous découvrirez peut-être des créateurs dont vous n’aviez jamais entendu parler et qui sait que vous adorerez! 🙂

Aujourd’hui j’ai envie de vous parler d’une créatrice que j’apprécie fortement (ce n’est pas pour rien si je l’ai choisi pour mon premier post) : Madame Grés .

 

gres-femina-avril-1949

Je trouve qu’on ne parle pas assez d’elle et c’est bien dommage car elle merite vraiment que l’on s’y attarde plus. Pour ma part, j’ai connu son existence il y a 4-5 ans en feuilletant un magazine Burda ! C’est pour dire :/

Mais qui est donc Madame Grés : à mon goût THE prêtresse des Drapés ! C’est pourquoi j’en suis littéralement fan – moi et les drapés c’est une grande histoire d’amour!

3711361

Nan mais regarder moi ça !! Un pur chef d’oeuvre !! Tellement de minutie, de patience,de savoir faire et d’emmerveillemt ! (Je vous ai dit que j’en étais fan ? lol ) .

Madame Grés (1903-1993), de son vrai nom Germaine Emile Krebs,désirait à la base devenir sculteur, elle disait d’ailleurs : « Pour moi, c’est la même chose de travailler le tissu ou la pierre »

En 1934 , elle ouvre la Maison Alix sans savoir coudre ..! ( c’est pas rien !) « L’ignorance est quelque chose de très important, elle a la pureté et l’innocence, explique-t-elle. Elle vous mène à tenter des choses que les autres n’oseraient pas essayer. » disait-elle.

Ensuite en 1942, elle fonde la maison Grès. Devenue célèbre pour ses robes drapées directement inspirées de l’Antiquité qu’elle travaille à même le corps.

madame_gres_drapant_un_modele_circa_1940_0

 

Elle est l’une des premières à utiliser  les tissus modernes et fait créer à sa demande un jersey de soie qui lui permet de réaliser le « pli Grès ». Il s’agit  d’une suite de plis plats profonds formés à même le mannequin pendant la réalisation de la robe puis cousus. Cette technique permet de réduire une étoffe de 280cm à 7cm seulement et d’obtenir des jupes pouvant atteindre jusqu’à 21 mètres de circonférence et bas des drapés nécessitaient de 11 à 13m de tissu. Certaines de ses créations demandèrent plus de trois cents heures de travail.

 

madame-gres

gr__s__robe_du_soir__printemps___t___1952____st__phane_piera_galliera_roger_viollet_86099577_north_545x-1

 

 

 

Insensible aux engouements passagers et aux tendances qui rythme les collections , elle préfère « sculpter » des pièces uniques. On reconnaît un chef-d’œuvre de Madame Grès à sa pureté – l’apparente simplicité de son art dissimule toujours l’extrême complexité de son savoir-faire.

 

6125073475_5feb18e120_z

Elle décède en 1993 dans un denouement absolue et l’oublie total…. Je ne comprends toujours pas pourquoi? Peut-être dû au fait de ne pas avoir voulu suivre les tendances ? Mais elle reste pour moi l’une des plus grande créatrices de tout les temps. Comme l’a dit Azzedine Alaia « Ses robes sont si modernes qu’on ne peut les dater. Elles sont éternelles ».

Alors et vous connaissiez vous Madame Grès ? Appreciez vous ces créations? Si vous êtes desireux dans savoir plus il y a parfois des expéditions dans certaines villes .

Madame Gres (Paris 2011) - WM

Je teouve qu’elle sublime merveilleusement bien le corps des femmes et à défaut de pouvoir m’acheter une de ces robes, je vais m’en inspirer fortement et tenter de me créer ma robe Madame Grés à moi. 🙂

Bon dimanche.

Love & Chocolate